Paroisse de Sèvres, église saint-Romain, église Notre-Dame des Bruyères
http://paroisse-sevres.fr/Action-de-grace-pour-nos-pretres
      Action de grâce pour nos prêtres !

Action de grâce pour nos prêtres !

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er juin 2017

Action de grâce, émotion, humour, encens et convivialité… retrouvez les photos et le discours de l’EAP !


Nos deux paroisses se sont rassemblées mercredi pour remercier le Père Blin et le Père Sevenet pour ces 11 années passées parmi nous. Après la messe, nous nous sommes retrouvés dans la square devant l’église pour prolonger un peu ce beau moment.

Cher père Blin, cher père Sevenet
Lorsqu’en fin de la messe, quelqu’un s’avance vers ce pupitre, les paroissiens s’attendent à être conviés et sollicités par l’annonce prochaine de réunions sérieuses sur une nouvelle encyclique du pape, ou plus sévère, un descriptif détaillé des comptes de nos paroisses suivi d’un appel à leur générosité. Ce soir, il n’en sera rien, je suis ici au nom de l’EAP pour vous exprimer à tous les deux notre profonde gratitude pour votre dévouement permanent à nos deux paroisses durant globalement ces 11 dernières années.
Baudelaire disait « il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat, » l’homme qui chante, l’homme qui bénit, l’homme qui sacrifie et se sacrifie. A vous deux vous assumiez parfaitement ces trois fonctions.
Votre engagement permanent envers nos deux paroisses s’est vraiment apparenté à une profonde exigence de votre mission, à une forme de sacrifice tant vous avez eu à cœur de nous instruire de la parole de Dieu, de nous attacher à la prière, et enfin de nous élever vers la beauté inspirée par le message de l’Eglise. Patiemment, vous avez construit dans nos paroisses un modèle d’église ouverte à tous et surtout sensible aux populations périphériques telle que nous le recommande le Pape François. Ce tropisme constituera certainement la première image que nous garderons de vous : Vos volontés conjointes de ne privilégier aucune catégorie d’âge, de milieu et de culture tant dans vos offices que dans les nombreuses activités proposées aux paroissiens. Ainsi, semaines après semaines, vous avez veillé à atteindre ces « invisibles » qui ne peuplent pas nos assemblées dominicales car l’âge, la culture ou l’état de santé ne leur permettent plus de rejoindre notre communauté. Nous savions que par vos concours, la bonne nouvelle de l’Evangile (au pléonasme près) était portée dans Sèvres et ses maisons de retraites et qu’en retour nous étions tous également imprégnés des prières de ces hommes et femmes invisibles.
La deuxième remarque est relative à vos différences de style, d’approche de la liturgie et d’âge qui ont constitué une raison supplémentaire, s’il en fallait une, de comprendre et aimer l’universalité de l’Eglise. En pénétrant à Saint Romain ou à Notre Dame des Bruyères, nous savions pertinemment qu’une messe célébrée par le Père Blin ou le Père Sevenet nous donnerait forcément une approche, un angle de vue différent du sacrifice de l’eucharistie ou de l’homélie dominicale. Nous sortions des messes plus riches et fiers de cette disparité dont d’autres paroisses ne peuvent se prévaloir. Nous avions souvent comme pensum à méditer sur un mot jeté en pâture d’une homélie ou des efforts à faire dans nos conduites individuelles même en dehors de toute période de carême ! Vous étiez nos deux bons anges, nos deux voix (la voix traditionnelle et la voix réformiste) qui sont toutes deux nécessaires et complémentaires pour que la liturgie rejoigne chacun de nous.
On ne peut vous laisser partir sans rendre un hommage à votre bilan. Il est considérable même si en arrivant, vous aviez eu la sagesse de ne faire à l’inverse des hommes politiques aucune promesse !!!! Vous avez été l’un et l’autre des moteurs d’initiatives en ayant toujours le souci d’être en cohérence avec la pulsation incontrôlée de la société comme avec la respiration régulière des grands évènements spirituels annuels. En fonction des agendas du moment, vous nous avez fait travailler sur la bioéthique, l’écologie, la justice des hommes ou lart inspiré par le spirituel, vous avez proposé des nuits de prières et un meilleur accueil dans nos paroisses. Les marchés de noël de Saint Romain et de Notre Dame des Bruyeres sont devenus grâce à vous des évènements récurrents et attendus par un public qui dépasse largement celui de nos messes. Vous avez également été soucieux de mesurer les attentes des paroissiens et vous avez organisé une assemblée paroissiale l’année dernière qui a permis de lancer de nouvelles orientations. Grâce à vous, Notre Dame des Bruyères et Saint Romain se sont rapprochés et tout en gardant leur spécificité ont vraiment échangé et œuvré dans une même direction.
Vous avez mené ces projets en suscitant l’initiative tout en gouvernant ni avec un gant de velours, ni d’une main de fer.
Enfin, puisque comme disait Beaumarchais, « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » il faut que vous sachiez, Père Blin et c’est plus à vous que je m’adresse, qu’il y a parmi nous des fidèles que votre départ n’affligent pas. Oui, quelques paroissiens, généralement assis aux premiers rangs de cette église considèrent que votre nouvelle mission qui vous mènera désormais à la cathédrale de Nanterre va leur permettre enfin de respirer au sens propre du terme.
Vous avez en effet une grave addiction à encenser avec trop d’abondance les fidèles pendant les célébrations que vous présidez. C’est un fait connu qu’aux différents moments du rite de la messe, le balancement régulier et harmonieux mais interminable de l’encensoir fumant rend tout d’un coup notre horizon visuel incertain, les yeux commencent à piquer tandis que l’audition de vos saintes paroles s’estompe avec les toux et les éternuements du premier rang. Je ne sais comment interpréter cet encensement généreux, qui pourrait nuire à notre humilité, mais je préfère garder son sens symbolique de faire monter plus haut et plus longtemps nos pardons, nos demandes et nos mercis.
Nous vous pardonnons bien volontiers et c’est par cette boutade amicale et légère qui cache mal l’émotion que j’ai personnellement à vous dire un au revoir, que je vais clore mon discours. Je ne doute pas une minute qu’à Nanterre ou à Boulogne, vous n’emportiez pas dans vos cœurs mais aussi dans vos prières des visages, des tranches de vie, des détresses ou des joies partagées de vos paroissiens. J’imagine bien que vous suivrez de loin les chemins de nos deux paroisses et que vous aurez pour elles ce petit pincement au cœur de nostalgie et une fierté légitime d’avoir pendant 11 ans accompagné nos quotidiens. Nous vous souhaitons beaucoup de joies et de réussites dans vos nouveaux parcours.
Je terminerai en citant Sacha Guitry : « On se dit au revoir quand on espère bien qu’on ne se reverra jamais, et on se revoit volontiers quand on s’est dit adieu. ».
Alain Lagrange, pour L’EAP de Sèvres le 14 juin 2017

info_fr {JPEG} Faire un don Offrir une messe

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Bonnenouvelle.fr