Paroisse de Sèvres, église saint-Romain, église Notre-Dame des Bruyères
http://paroisse-sevres.fr/Homelies-d-aout-2018
      Homélies d’août 2018

Homélies d’août 2018

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 26 août 2018

Temps ordinaire


20ème dimanche temps ordinaire ‘B’ - St Romain et NDB - 19 août 2018

1) Il y a, dans cet évangile, comme un condensé de tous les mystères de la foi

La création, avec la mention du pain, l’incarnation : ce pain « descendu du ciel », la vie éternelle : « il vivra éternellement », mais aussi la rédemption : « ma chair, donnée pour la vie du monde » et même la Trinité, avec la mention du Père. Et puis, bien entendu, le mystère de l’eucharistie, le cœur de ce chapitre 6 de St Jean, l’eucharistie qui reprend tous ces mystères.

Mais attention, le ‘mystère’, ce n’est pas quelque chose de ‘mystérieux’. Mais une réalité divine, qui nous dépasse amplement et que nous n’aurons pas assez de notre vie pour la découvrir. L’eucharistie n’est-elle pas quand même la clé de compréhension de toutes ces réalités ? C’est le chemin, toujours à parcourir, à frais nouveaux, pour réaliser quel est ce Dieu qui nous a créés, rachetés, et qui nous appelle à la vie en plénitude.

2) Cependant, il y a dans ce texte quelque chose qui ne va pas !

Et même de très choquant ! « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ». Et alors : ceux qui ne communient pas, parce qu’ils ne connaissent pas le Christ, parce qu’ils le rejettent ou parce que, pour telle ou telle raison, ils ne peuvent pas communier… ? Et alors : ceux-là n’ont pas la vie éternelle, ils vont en enfer ?

Il y a cette phrase qui me paraît essentielle, toujours de St Jean : « Si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît toutes choses ». Dieu plus grand que les sacrements, qui sont nécessaires, mais qui n’arrêtent pas la grâce. Pour ceux qui ne savent pas ou qui ne peuvent pas, Dieu sait bien trouver un autre chemin. « Comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur » écrit St Paul. Or, « La volonté de Dieu, c’est que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » écrira ce même St Paul. « Celui qui mange ma chair »… n’est-ce pas, finalement, celui qui, de toutes ses forces, essaye de vivre à la suite du Christ ?

3) Du coup, il y a un appel pour nous, qui participons à l’eucharistie

Tout d’abord, mieux entrer dans le mystère eucharistique, ne pas ‘s’habituer’ à lui. « Quittez l’étourderie et vous vivrez, prenez le chemin de l’intelligence » dit le Livre des Proverbes. ‘Il est grand le mystère de la foi’ s’écrie le prêtre après la double consécration. Si grand que nous sommes appelés, jour après jour, à le découvrir, à en vivre, à l’articuler avec les autres mystères de notre foi. A faire fonctionner notre raison, notre intelligence.

Cet appel, il est aussi de mieux comprendre notre responsabilité : si nous communions - et peut être qu’aujourd’hui on le fait avec un peu trop de facilités - réalisons que nous ne communions pas d’abord pour nous, mais pour toute l’Eglise, et plus largement pour le monde. Nous recevons le Pain de vie pour qu’à travers nous, cette vie divine irradie, « Ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages », dit St Paul : la sagesse, c’est de réaliser que la communion n’est pas une gourmandise pieuse, mais une responsabilité qui nous est confiée : porter, avec le Christ, ce monde blessé, mais appelé à la Vie.
Père Hervé Rabel

21ème dimanche du temps ordinaire ‘B’ - St Romain/NDB - 26 août 2018

1) L’eucharistie nous fait-elle réagir ?

Fin du chapitre 6 de St Jean sur le ‘Pain de vie’. « Beaucoup » réagissent vigoureusement, et négativement. Ils « se scandalisent ». C’est-à-dire que, pour eux, ce que dit le Christ est comme une pierre qui fait glisser, tomber. Néanmoins, ce qui est positif, c’est qu’ils réagissent, prennent position !

C’est Péguy qui disait : ‘Il y a quelque chose de pire que d’avoir une âme même perverse : c’est d’avoir une âme habituée’. Et, de même Julien Green : ‘Les personnes qui viennent à la messe parlent et rient […] ; Elles reviennent du Golgotha et parlent de la température’. La messe est le sommet de la révélation, le moment où Dieu se donne, dans le sacrifice du Calvaire rendu présent. Et Green de poursuivre : ‘On dirait qu’elles viennent d’assister à quelque chose de simple et de naturel et cette chose, si elle ne s’était produite qu’une fois, suffirait à ravir en extase un monde passionné’.

2) L’eucharistie approfondit-elle notre foi ?

« Il y en a parmi vous qui ne croient pas » dit Jésus. La foi, croire, c’est venir vers le Christ : « personne ne peut venir à moi ». Il s’agit d’accueillir le don de Dieu, de Dieu qui se donne à chaque messe. C’est pourquoi, après la consécration : ‘Il est grand le mystère de la foi !’. Encore faut-il accepter de faire l’effort de désenvelopper ce cadeau.

On dit bien que ‘L’eucharistie fait l’Eglise’ : c’est pourquoi la 2ème lecture parle de l’Eglise comme des épousailles. La messe, ce sont les noces de sang de Dieu et de l’humanité que nous célébrons. Ce n’est pas rien, comme le soulignait Julien Green. Ne doit-on pas repartir de chaque messe en étant entré un peu plus profondément dans ce mystère si grand ?

3) L’eucharistie nous fait-elle suivre le Christ de plus près ?

Chaque messe nous met devant un choix. « Nous voulons servir le Seigneur »s’exclame le peuple d’Israël. Et St Pierre : « Seigneur, à qui irions-nous ? ». Si la foi est un chemin, c’est un chemin étroit, rocailleux… « Il est large, le chemin qui mène à la perdition »… Et si, dans l’évangile, beaucoup partent, c’est un tout petit nombre qui va rester.

Finalement, chaque messe nous fait réentendre cette question du Christ : « Voulez-vous partir, vous aussi ? ». Question à laquelle on ne peut pas échapper ! Le Christ, avec inquiétude, voire anxiété, attend notre réponse. La messe n’est pas une pratique cultuelle - on est ‘pratiquant’ - mais un échange d’amour, un feu qui doit nous brûler. Un acte engageant de la part de Dieu auquel doit correspondre de notre part un engagement sérieux. « Quant à nous, nous croyons, et nous savons, que tu es le saint de Dieu »… avec toutes les conséquences que cela implique pour chacun de nous.
Père Hervé Rabel

info_fr {JPEG}

Pour venir à la Paroisse :

Plan d’accès aux églises

Plan d’accès à l’Oratoire et aux Salles sous le pont

Eglise et presbytère de Saint-Romain
1, rue de l’Eglise

Eglise Notre-Dame des Bruyères
25, rue du Docteur Roux

Secrétariat paroissial
+33 (0)1 46 29 99 99