Paroisse de Sèvres, église saint-Romain, église Notre-Dame des Bruyères
http://paroisse-sevres.fr/Homelies-d-octobre
      Homélies d’octobre

Homélies d’octobre

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 8 octobre 2018

Temps ordinaire


27ème dimanche du temps ordinaire ‘B’ - St Romain/NDB - 7 octobre 2018

1) Cet évangile nous parle d’abord du commencement

« Au commencement, l’homme et la femme deviennent une seule chair ». Le commencement n’est pas temporel ; il signifie l’origine, ce qui est au plus profond, ce qui est la vérité. Ce pour quoi l’homme est fait, ce qui est la source de son bonheur. Ce qui rend l’homme ‘humain’, dans la plénitude de son être. Bien sûr, ce commencement, c’est le Christ, alpha et oméga. « Au commencement était le Verbe » dit St Jean...

Il y a 2 ans, notre évêque écrivait un livre : ‘L’Eglise n’a pas dit son dernier mot’ et le titre de sa conclusion, c’était : ‘N’ayez pas peur. Nous sommes au commencement de l’ère chrétienne’, reprenant 2 phrases, l’une de Jean-Paul II, l’autre de Mgr Lustiger. Le Psaume 149, qu’on médite au bréviaire lors des fêtes, commence par « Chantez au Seigneur un chant nouveau ». L’Eglise, mais aussi la société traversent des moments bien éprouvants : raison de plus, au lieu de se lamenter, de se tourner vers celui qui fait « toutes choses nouvelles », le Christ, celui qui nous recréé, jour après jour, dans toute sa nouveauté.

2) Mais il nous parle aussi de la dureté des cœurs...

« C’est en raison de la dureté de vos cœurs... ». Cette dureté du cœur, cette non disponibilité à l’Esprit, c’est ce contre quoi Dieu va lutter durant tout l’Ancien Testament. Ce cœur de pierre auquel Il veut substituer un cœur de chair. Le projet de Dieu butte contre cette dureté alors Il va la prendre en charge, la faire sienne, « se faire péché », comme dira St Paul, en la personne du Christ, pour lui substituer un cœur de chair.

C’est cette nouveauté du Christ qui seule peut changer notre cœur « Mets en nous, Seigneur, un cœur nouveau ». dit le Psaume 50. Cela veut dire que rien n’est impossible, rien n’est définitivement perdu. Oui notre Eglise est bien malade dans certains de ses membres, oui, on ne voit que trop où va notre société. Mais, le sous-titre du livre de Mgr Rougé, c’est ‘Petit traité d’anti-défaitisme catholique’. Laissons-nous transformer, convertir par le cœur de Jésus. Je pense, en particulier, au sacrement de la confession, merveilleux moyen de nous laisser irriguer par le cœur de Jésus.

3) Enfin, il évoque le Royaume

Le Royaume, c’est Jésus, c’est l’Eglise sainte. Rappelons-nous Jeanne d’Arc : ‘A mon avis, le Christ et l’Eglise, c’est tout un’. Pourquoi, pour évoquer le Royaume, Jésus utilise cette parabole vivante de l’enfant. Non parce qu’un enfant serait un saint, mais parce qu’il est toute confiance, qu’il regarde vers l’avenir, et qu’il se sait fragile et dépendant. Pour que le commencement s’établisse, pour que nos cœurs ne soient plus durs, il nous faut être comme l’enfant.

C’est dans la mesure où nous nous reconnaîtrons fragiles, vulnérables, mais en même temps absolument confiants dans la miséricorde, la puissance de Dieu, que nous pourrons devenir le Royaume. Parce que, depuis notre baptême, nous somme ‘autre Christ’. Dan ces temps si difficiles que nous vivons, l’évangile nous lance un appel fort à faire confiance à la Nouveauté qui est Notre-Seigneur. N’espérons pas nous sauver nous même. Comme le souligne la Lettre aux Hébreux, Dieu veut « conduire une multitude de fils jusqu’à la gloire ». Non pas ‘ce que je veux’ - c’est dans l’air du temps – mais ce que toi, Seigneur, tu veux. Pour cela, n’ayons pas peur de devenir Royaume, de refléter sur notre visage cette nouveauté du Christ, appelée à resplendir à travers nos faiblesses.

Père Hervé Rabel

info_fr {JPEG}

Pour venir à la Paroisse :

Plan d’accès aux églises

Plan d’accès à l’Oratoire et aux Salles sous le pont

Eglise et presbytère de Saint-Romain
1, rue de l’Eglise

Eglise Notre-Dame des Bruyères
25, rue du Docteur Roux

Secrétariat paroissial
+33 (0)1 46 29 99 99