Paroisse de Sèvres, église saint-Romain, église Notre-Dame des Bruyères
http://paroisse-sevres.fr/Les-trois-Vertus-theologales-Foi
        Les trois Vertus théologales : Foi, Espérance et Charité : L’Espérance

Les trois Vertus théologales : Foi, Espérance et Charité : L’Espérance

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 19 mars 2014
  • réagir

L’Espérance est donc la deuxième vertu théologale. Elle nous est à la fois donnée par Dieu et orientation propre à l’homme. Je ne crois pas qu’un animal ait l’espérance.
Il faut distinguer l’espoir et l’espérance.


L’espoir se rapporte généralement à une chose : j’espère un bien, une issue heureuse à une situation donnée. J’espère réussir un examen, rester en bonne santé, moi ainsi que mes proches : ne fait-on pas ce vœu lors de la nouvelle année ? Je peux vouloir une bonne situation, réussir ma vie sentimentale, être courtisé par mes proches, gagner beaucoup d’argent, que cette bonne bouteille tienne ses promesses. Mais l’espoir peut être détourné vers des choses mauvaises : que mes frères et soeurs n’aient pas en héritage cette chose que je tiens à avoir moi, que ce salopard ait la monnaie de sa pièce et que la justice (immanente pour commencer) le foudroie, que mes raisons à moi l’emportent sur celles des autres, que ce concurrent fasse faillite, que j’aie des satisfactions sentimentales ou physiques avec... Je me rappelle une version latine où Jupiter de son Olympe écoutait les prières des mortels en ouvrant des couvercles, genre couvercles de poubelles posés sur le sol divin. Les hommes le priaient pour lui demander à peu près ce qui est dit au-dessus.

Plusieurs espoirs peuvent se succéder ou exister ensemble : gagner une fortune et piloter un avion, posséder telle femme et rouler en grosse Jaguar.

L’espérance, elle, ne se rapporte pas à une chose, elle est vraiment d’ordre métaphysique. Elle ne repose pas sur une certitude démontrable, nous ne serons jamais certains « à 100 pour 100 ». Les Témoins de Jéhovah m’ont dit : « c’est sûr ». L’Église sait qu’elle ne peut pas nous donner de certitudes mais seulement de bonnes raisons d’espérer. Quand nous lisons de grands auteurs inspirés, ils ne donnent pas de garantie « tous risques », mais la profondeur de leur pensée peut nous ébranler : ce ne sont vraiment pas des « minus habens ». Quand nous pensons à sainte Jeanne d’Arc, qu’était cette petite ne sachant ni lire ni écrire qui arrivait à confondre un aréopage de clercs, un évêque, des lettrés rusés comme le diable et « inspirés » par lui, jus-qu’à les gêner régulièrement lors de son procès. Son dernier cri sur le bûcher où elle brûlait n’a-t-il pas été : « Jésus » et ce Jésus n’a-t-il pas dit à son Père sur la Croix : « Père, je remets mon âme entre tes mains ? » Jeanne d’Arc, Jésus, vrai homme, ont mis leur espérance en Dieu.
L’histoire de Saint Thomas est bouleversante et presque scientifique : de braves pêcheurs, sûrement ébranlés par ce qu’ils venaient de vivre trois jours plus tôt, lui ont raconté qu’ils avaient vu le Seigneur vivant et apparaître puis disparaître « magiquement ».
Avons-nous déjà vu quelqu’un mourir après des souffrance abominables, flagellé, écrasé par le poids de la croix qu’on lui avait fait porter jusqu’au Golgotha, cloué dessus, mort puis avoir le cœur percé par une lance, enterré enfin et, trois jours après, vivre comme si rien ne s’était passé ? Il avait cependant gardé les stigmates de sa passion, ainsi l’identifier comme Jésus crucifié ne posait aucun problème. Par contre, Marie-Madeleine ne l’a pas reconnu tout de suite : que Jésus puisse ressusciter était trop invraisemblable, inimaginable.
Moi je trouve que saint Thomas était plein de bon sens et a dit en trois mots ce qu’il fallait penser à cet instant : « si je ne mets pas mon doigt dans les trous de ses mains, si je ne mets pas ma main dans la plaie de son côté, je ne (vous) croirais pas ». Je trouve qu’on devrait instituer saint Thomas patron des scientifiques : un type pas crédule, sérieux quoi, qui ne se contente pas de « racontars », qui veut voir de ses propres yeux avant de changer sa position.
Mais quand il a vu, il s’est incliné devant le fait évident en disant : « mon Seigneur et mon Dieu ». Il a reconnu celui qu’il avait suivi donc il a pu dire « mon Seigneur » mais il a aussi reconnu la chose extraordinaire dont il était témoin ; il a alors reconnu que Jésus était Dieu quand il cheminait avec lui : « le Père et moi sommes un ».
Avec Jésus, nous ne sommes pas des vivants qui mourrons définitivement mais mortels qui avons l’espérance de la vie éternelle auprès de Dieu.
Que par l’Église que tu nous as donnée, mon cœur soit plein d’espérance, mon Seigneur et mon Dieu.

Jean CROIZE-POURCELET

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

info_fr {JPEG} Faire un don Offrir une messe

Bonnenouvelle.fr