Paroisse de Sèvres, église saint-Romain, église Notre-Dame des Bruyères
http://paroisse-sevres.fr/Pelerinage-diocesain-a-Reims,121
    Pélérinage diocésain à Reims

Pélérinage diocésain à Reims

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 20 octobre 2012
  • réagir

Le pèlerinage de Reims, le 14 octobre, narré par Alain Lagrange


Ce pèlerinage diocésain sur les terres de Clovis, organisé dans le cadre de l’année de la foi décidée par Benoit XVI, commença à 7h45 devant le Sel. Le marcheur matinal croisant cette troupe emmitouflée, encapuchonnée dont chaque membre tenait fermement à la main un pliant tel une arme aurait pu être légitimement inquiet. A regarder de plus près, la bonne
humeur qui se lisait sur nos visages l’aurait certainement rassuré. Nos intentions étaient pacifiques. Curieux, ce promeneur se serait également (certainement) interrogé sur le fanion 64 que l’un d’entre nous arborait fièrement et qui rappelait, chose curieuse, que nous étions sévriens.

Puis ce furent les différents appels et consignes diligentés par nos deux organisatrices en chef : Florence de Marignan et Blandine Verdon, qui, depuis plusieurs jours, ont classé, répertorié, rappelé, les XX volontaires pour cette expédition en Champagne. Le compte était bon. Chacun badgé, notre car s’ébranla sous un temps maussade à destination de Reims. La célébration des Laudes suivie d’une brillante conférence d’Alain Bourrez, ancien
élève de l’Ecole du Louvre sur l’historique de l’édification de la cathédrale de Reims nous maintinrent dans une atmosphère si (suffisamment) détendue, recueillie ou assoupie, que personne ne remarqua que nous avions dépassé la sortie d’autoroute vers Reims centre. Sans la vigilance de l’un d’entre nous, interloqué de ne plus voir de panneau indiquant notre destination initiale nous serions certainement rentrés comme si de rien était dans la
cathédrale de Strasbourg. Apres un demi-tour et 50 kilomètres en plus nous arrivâmes à 11h à l’établissement Saint Joseph de Reims juste à temps pour écouter une encore brillante intervention sur le baptême et la Bible. A partir des origines bibliques du baptême d’eau ainsi que des autres rites complémentaires (huile, vêtement blanc…) nous avons approfondi la
signification du baptême.

La tête bien pleine, mais l’estomac un peu creux, nous primes alors un déjeuner sur le pouce, débout, dans une des nombreuses salles de l’établissement Saint Joseph. Le père Blin suggéra qu’avant d’entreprendre le trajet jusqu’à la cathédrale dans laquelle (dont) nous n’étions pas certains de pénétrer, nous pourrions, en lot de consolation, visiter la basilique
Saint Rémi.

Après la cathédrale, qu’elle égale presque en taille, la basilique Saint-Rémi est l’église la plus célèbre de Reims. Cette église contient les reliques de l’évêque Saint Remi, qui a baptisé Clovis, roi des Francs, le jour de Noël d’une année comprise entre 496 et 506. La nef et les transepts, de style roman, sont les plus anciens, tandis que la façade du transept sud est la partie la plus récente. Le chœur et l’abside remontent quant à eux aux XIIe et
XIIIe siècles. La basilique Saint-Rémi est classée au patrimoine mondial par l’UNESCO.

Trente minutes de pluie(s) suivantes nous arrivâmes devant la cathédrale de Reims pour assister à la messe présidée par Monseigneur Daucourt. En levant le nez devant cette façade majestueuse, nous nous sommes rappelés les références techniques données le matin par Alain Bourrez à savoir qu’elle était la plus longue du monde avec une dimension totale hors œuvre de 149,17 m et qu’elle bénéficiait d’une hauteur de la nef de 38 m.
La pluie et le froid ayant eu raison de notre enthousiasme, seuls 3 d’entre nous restèrent vaillamment à l’extérieur, devant le grand écran de retransmission ; nous les retrouvâmes transis mais satisfaits d’avoir parfaitement suivi la cérémonie.

A l’issue de la messe, notre groupe quitta les lieux rapidement pour retrouver notre car où nous avons apprécié en entrant la chaleur de l’habitacle. L’heure du départ de 17h nous rappela que c’était l’heure du thé, mais surtout celle du gouter, puis les Vêpres entonnées par le Père Blin réveillèrent un certain nombre d’entre nous. Malgré la fatigue, nous avons été tous particulièrement vigilants pour vérifier que le car prenait la bonne direction de Sèvres que nous atteignirent à 19h30 sous le soleil……

Alain Lagrange

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

info_fr {JPEG} Faire un don Offrir une messe

Bonnenouvelle.fr