Ce qui est montré de l’église

Ce qui est montré de l’Église

C’est un tourbillon dont nous aimerions sortir. « Le Pape devrait faire ceci », « le cardinal aurait dû faire cela ». Des prêtres ont commis des agressions, dans le diocèse de Lyon, mais aussi à Sèvres (cf message de l’évêque). Honte, tristesse, abattement. On voudrait que notre Église soit parfaite, exempte de reproches. Mais ? en serions-nous membres ?

Notre histoire ecclésiale n’est pas « hors-sol » et ceux qui nous ont transmis la foi n’étaient pas forcément des personnes parfaites. Jésus le sait bien, lui qui a volontairement choisi des pécheurs pour être ses témoins. Ainsi, par exemple, Matthieu le publicain devenu apôtre et évangéliste. Pour autant, si Jésus accueille le pécheur, le relève par le pardon divin et lui recommande de ne plus pécher, il ne cautionne jamais les actes mauvais. Il croit en chacun d’entre nous ! Il croit que nous sommes capables de nous convertir ! Folie, folie d’amour ! (Relire le premier chapitre de la première épître aux Corinthiens)

Regardons ces visages d’Église qui ont donné leur vie : les dix-neufs martyrs d’Algérie récemment béatifiés, le Père Jacques Hamel mais aussi le colonel Arnaud Beltrame, qui avait reçu la confirmation il y a quelques années dans notre diocèse, après avoir fréquenté le catéchuménat des adultes à Rueil-Malmaison.

Il y a d’autres visages d’Église qui justifient nos efforts ici à Sèvres : les paroissiens qui reviennent se confesser vingt ans, cinquante ans après    « la dernière fois que… ». Regardons aussi ces fidèles qui demandent le baptême… ils sont déjà présents à la messe plus souvent que nombre de baptisés ! Mgr Rougé a eu plaisir à les voir à la messe du 17 mars à Notre-Dame des Bruyères, porteurs de l’écharpe violette qu’il leur avait remise huit jours plus tôt.

Apercevons ces jeunes récemment confirmés, d’autres qui se préparent à la Profession de Foi ou à la Première des Communions, ceux qui se proposent de visiter les personnes âgées : la vitalité de notre église locale ne souffre pas de doute.

Cette communauté n’a pas une « face de Carême », elle a un visage inspiré, car elle porte en elle, sur elle, sur son visage … : le Christ !

P. Pascal