Des nouvelles du catéchuménat à Sèvres

Un petit rappel, tout d’abord : le catéchuménat, appellation un peu inusitée…, c’est tout bonnement ce service paroissial qui accueille et prépare des adultes aux trois sacrements dits ‘de l’initiation’, c’est-à-dire qui font (dans l’ordre liturgique traditionnel) d’une personne un disciple du Christ : baptême, confirmation et eucharistie. Service essentiel, on le voit, puisque signe d’une Eglise qui se devrait d’être toute entière ‘catéchuménale’, c’est-à-dire toujours en recherche du Seigneur et toujours attentive à ceux qui lui sont ‘aux périphéries’, comme dirait notre pape.

Une caractéristique de Sèvres, c’est que le catéchuménat est commun avec les deux autres paroisses de Chaville et Ville d’Avray ; cependant, il y a à Sèvres un responsable : après de longues années de ‘bons et loyaux services’, Isabelle d’Aligny vient de passer le relais à Bruno de Kersauson.

On peut devenir chrétien à tout âge, et le baptême n’est certes pas réservé aux bébés, la confirmation aux adolescents et la première communion aux écoliers ! C’est un vrai signe de la vitalité de l’Eglise que de voir de jeunes adultes – car ils sont jeunes, pour la plupart – frapper à la porte de la paroisse, après avoir rencontré le Seigneur, dans des circonstances qui varient, bien entendu, selon les personnes.

Actuellement, huit adultes sont partie prenante de cette démarche ; chacun est accompagné par un paroissien, voire même par un couple de fidèles. Cette année, sur nos paroisses de Sèvres, nous aurons la joie d’avoir deux hommes qui recevront ces trois sacrements qui font le chrétien – c’est en effet, une caractéristique du baptême d’un adulte : il est, en même temps, et confirmé, et ‘eucharistié’, alors que, pour un enfant, ces trois sacrements sont étalés dans le temps, pour des raisons essentiellement pédagogiques.

Fin mars, David, 51 ans, deviendra chrétien ; exceptionnellement, pour des raisons tenant en grande partie à la pandémie, ce baptême avait été retardé et sera donc célébré, dès que possible, en dehors de la veillée pascale. Car, en général, c’est bien lors de cette veillée – sommet de l’année liturgique – que les adultes sont baptisés : cette année, – autre joie – Grégory, 37 ans, recevra ces trois sacrements qui feront de lui un catholique.

Pour accéder à ces sacrements, des étapes jalonnent la démarche : tout d’abord, une ‘entrée en Eglise’ manifeste et officialise la démarche, au sein de la paroisse. Vers la fin de ce cheminement, un ‘appel décisif’ souligne l’importance de l’Eglise diocésaine, dans laquelle s’inscrit ce chemin, puisque cet appel a lieu, avec d’autres adultes du diocèse, sous la présidence de l’évêque ou de son vicaire général.

Enfin, tout près du but, lors des 3e , 4e et 5e dimanches de carême, trois ‘scrutins’ marquent les toutes dernières étapes : ce nom, un peu bizarre caractérise, tout simplement, le fait que celui qui va bientôt être baptisé a besoin de la force de l’Esprit-Saint et doit, pour cela, se reconnaître tout accueil de la grâce, se laisser ‘scruter’, en quelque sorte, par la bienveillance du Seigneur. Ces scrutins sont célébrés lors des messes dominicales, manifestant ainsi que le futur catholique a besoin, comme tout un chacun, de la prière des frères. Pour ce qui est de Grégory, ces étapes auront lieu le 6 mars, 16 h. 30, à Saint-Romain, le 14, 11 h., à Notre-Dame des Bruyères et le 21, 11h30, à Saint-Romain.

Le catéchuménat, comme tout ce qui fait du bien, fait peu de bruit… Il est pourtant, en ces temps où le besoin de sens se fait plus pressant, le beau signe d’une Eglise où Celui qui donne sens à une existence, se manifeste dans sa plénitude. Cet éditorial n’est-il pas également, pour chaque fidèle de Sèvres, un appel à être attentif, en ces moments si troublés, aux personnes qui cherchent Dieu et qui vont le trouver, en vérité, à travers de Celui qui est « chemin, vérité et vie » ?

Père Hervé Rabel