Et maintenant…

Nous faisons à nouveau Église, malgré les masques, (= nous nous rassemblons, en continuant de veiller à ne pas disséminer les virus), et envisageons même des rassemblements à la mémoire de ceux qui sont partis pendant ces jours de confinement. De plus, les célébrations de la Première des Communions auront lieu le 14 juin et le 4 octobre, les jeunes en aumônerie vivront un temps ensemble avant l’été, les camps scouts vont avoir lieu.

Nous avons été rudement secoués lorsqu’il nous a fallu arrêter de mener nos vies. Le confinement forcé et les contraintes nombreuses qui demeurent ont abîmé la conscience de soi et les relations humaines. Nous constatons, alors que nous le savions sans vouloir le reconnaître, que nous restons des personnes fragiles et que nous ne devons pas nous laisser aller à l’insouciance. Soyons responsables ! C’est l’un des mots-clefs de l’encyclique Laudato Si’ : « §68 Cette responsabilité vis-à-vis d’une terre qui est à Dieu implique que l’être humain, doué d’intelligence, respecte les lois de la nature et les délicats équilibres entre les êtres de ce monde, parce que « lui commanda, eux furent créés, il les posa pour toujours et à jamais sous une loi qui jamais ne passera » (Ps 148, 5b-6). »

L’Équipe d’Animation Pastorale a décidé d’identifier nos « Galilées », ces lieux où nous sommes attendus pour dire l’espérance chrétienne. L’Église est signe de Dieu présent à ce monde, elle doit donner chaque jour envie de louer le Seigneur, elle doit savoir s’émerveiller des dons de Dieu, du travail des hommes et (ré)enchanter ce monde. De beaucoup de manières les chrétiens doivent signifier qu’il y a beaucoup de bonnes raisons de vivre et de résister au cynisme ambiant.

Et si cet été nous écoutions le Pape François ? (Laudato Si’ §227) « S’arrêter pour rendre grâce à Dieu avant et après les repas est une expression de cette attitude [du cœur]. Je propose aux croyants de renouer avec cette belle habitude et de la vivre en profondeur. Ce moment de la bénédiction, bien qu’il soit très bref, nous rappelle notre dépendance de Dieu pour la vie, il fortifie notre sentiment de gratitude pour les dons de la création, reconnaît ceux qui par leur travail fournissent ces biens, et renforce la solidarité avec ceux qui sont le plus dans le besoin. » (on peut relire toute l’encyclique)

Nous sommes dans le temps du baptême, merci de continuer de porter Julie (baptême le 21 juin à 11h30 à Saint-Romain) et David dans vos prières.

P. Pascal