Ascension du Seigneur : un passage, un combat, une espérance

    Ascension 2019 – ND des B. – St Romain

 

1) Un passage

« Vous serez alors mes témoins » (Ac) et « A vous d’en être les témoins » (Lc) : rappelons nous Jésus à Marie-Madeleine : « Ne me retiens pas » ou encore, en St Matthieu : « Il n’est pas ici… il vous précède en Galilée ». L’Ascension, ce n’est pas d’abord Jésus qui ‘monte’ au Ciel – méfions-nous des images -, mais le Christ qui dit à ses disciples : ‘A vous de jouer’.

Belle confiance que le Christ nous fait. Notre dignité, notre seul rôle sur la terre, si nous voulons être vraiment disciple, c’est de continuer l’action du Seigneur. St Paul ne cessera de la redire : nous sommes les ‘ambassadeurs’, les ‘collaborateurs’ du Christ. Quelle dignité alors que d’être les membres de son corps ! Avec toute la liberté que le Seigneur nous laisse, mais aussi toute cette responsabilité. Cela souligne aussi la valeur extrême de chaque être humain, appelé à collaborer à la croissance du Royaume. Chaque vie humaine est digne d’être vécue, surtout pour les plus vulnérables qui sont l’icône de la vulnérabilité de notre Dieu fait homme.

 

2) Un combat

Spontanément, pour l’Ascension, on aurait tendance à regarder ‘là-haut’… Et pourtant que disent les deux anges aux apôtres : « Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » : quel paradoxe ! L’Ascension, ce n’est pas nous tourner vers le Ciel, mais bien vers cette terre où nous avons à continuer le travail du Christ. Le pape St Grégoire le Grand disait : ‘Le ciel, c’est l’âme du juste’ : le ciel, c’est chacun de nous, si toutefois nous acceptons de devenir le tabernacle de la Trinité, la demeure de Dieu.

L’Ascension est donc une invitation à un combat : le combat pour la sainteté, c’est-à-dire pour devenir la demeure de Dieu et la source de son rayonnement. C’est bien pourquoi Jésus dit aux apôtres : « Vous allez recevoir une force » : ce levier de l’Esprit-Saint qui va faire naître en nous l’homme nouveau. L’Esprit qui est Esprit de vérité, mais qui est aussi la source de la véritable joie : « Ils retournèrent à Jérusalem en grande joie ». Cette fête est donc une invitation au combat, pour défendre l’homme aujourd’hui attaqué au plus profond, car défendre l’homme, c’est défendre Dieu.

 

3) Une espérance

« L’espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide… elle entre au-delà du rideau » (He). L’espérance, source de cette joie des apôtres, appelés à continuer la mission du Seigneur ; et le passage des He. nous parle de « ce chemin nouveau et vivant » qu’est le Christ. Ce sens qui est donné à notre existence, nous qui ‘attendons ta venue dans la gloire’, comme nous le chantons après la consécration.

Aujourd’hui, notre société manque d’espérance. La consommation de drogue, la pornographie chez les jeunes… Croit-on encore en la vie, en la dignité de chaque être humain, surtout du plus faible ? Une société si éloignée de Dieu peut-elle encore croire en l’homme ? N’est-ce pas la mission que le Christ nous demande : lutter de toutes nos forces, avec le secours de l’Esprit-Saint, pour que notre société retrouve de vraies raisons de vivre ? C’est le message de cette fête de l’Ascension.