Bon pasteur, vrai berger, celui qui donne sa vie

4ème dimanche de Pâques ‘B’  – NDB –  25 avril 2021

1) Trois titres que s’attribue le Christ : bon pasteur

Le bon pasteur, c’est celui qui connait ses brebis et dont celles-ci le connaissent. Ce verbe connaître a deux significations : ‘naître avec’ mais aussi l’idée d’alliance nuptiale, ainsi Adam connut Eve et un fils naquit. Ce bon pasteur qui connaît ses brebis permet à ces dernières de connaître le Père. « Le monde n’a pas connu Dieu » écrit saint Jean dans sa 1re lettre et c’est bien Jésus qui permet au monde de connaître le Père

Ce 1er titre montre que, par le Fils, chacun de nous est aimé à la folie par le Père, malgré faiblesses et péchés. Rappelons-nous cette phrase d’Isaïe : « Tu as du prix à mes yeux, et moi je t’aime »… Voilà ce que signifie ce 1er titre de ‘bon pasteur’. C’est à nous de faire connaître cette bonté du Seigneur.

2) Le 2ème titre : vrai berger

Ce n’est plus la bonté, c’est la vérité. Jésus est le vrai chemin, celui qui nous conduit vers le Père. Vrai et seul chemin : « aucun autre nom n’est donné aux hommes qui puisse nous sauver » proclame saint Pierre.  Il est ce chemin parce que vrai homme, qui nous précède à travers souffrance et mort.

Aujourd’hui, il n’y a plus une vérité, mais ‘à chacun sa vérité’, d’où ces incertitudes, qui produisent angoisses, peurs, dépressions. « A qui irions-nous, Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle » dira saint Pierre au Christ. N’est-ce pas à nous de montrer ce vrai chemin, qui nous mène droit vers Dieu ?

3) Le 3ème titre : celui qui donne sa vie

« Voyez quel grand amour nous a donné le Père » s’exclame saint Jean ! Parce que Jésus a dit qu’il n’y a pas de + grand amour que de donner sa vie… Saint Paul écrira aux Ephésiens : « A cause du grand amour… ». Du trop grand amour commentera sainte Elisabeth de la Trinité. Le trop grand amour de notre Dieu.

Débordement de l’amour trinitaire qui, par Jésus, rejaillit sur chacun, comme une transfusion de vie. Il faut pour cela, accepter de quitter sa vie uniquement biologique, superficielle, pour accueillir la vie en plénitude qui nous vient de la sainte Trinité. Un travail d’approfondissement, de conversion, pour que l’amour de Dieu se répande dans le monde et le sauve.