“Je suis la Vigne” nous dit le Christ

                      5ème dimanche de Pâques ‘B’ – St Romain / NDB – 2 mais 2021

1) Ce temps pascal nous parle de l’Eglise

Cette vigne, c’est une des images que Jésus utilise pour nous dire ce qu’est son Eglise. Une vigne sans ses sarments, ça n’a aucun intérêt, ou plutôt, les sarments font partie intégrante de la vigne : une vigne n’existe pas sans ses sarments. Comme un corps n’existe pas sans ses différents membres…

Le Christ, la vigne, c’est donc les sarments attachés solidement au tronc, le Christ, c’est cette vigne appelée à grandir dans le temps et l’espace. Il est appelé à tout reprendre, à tout récapituler en lui, pour en faire cadeau à son Père. D’où l’importance de chaque sarment, d’où l’importance de chacun de nous…

2) Mais il nous en parle avec une bien curieuse expression

« En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire ». Bien sûr, on comprend ce qu’il veut dire : un sarment séparé de la vigne n’est plus rien. Elle est paradoxale, cette expression car qu’est-ce qu’une vigne qui serait sans ses sarments vigoureux ? On l’a bien vu, avec ce désastre d’avril du aux gelées.

Et si l’on retournait la phrase du Christ ? ‘Sans nous, le Christ ne peut rien faire’… ! Car il a besoin de chacun de nous pour être une belle vigne, à la gloire de son Père. Il a besoin de chacun de nous pour que l’Alliance nouvelle et éternelle se réalise. Parce que, dans toute alliance, il faut 2 partenaires, dans un mariage, il faut 2 personnes. Sans moi, le Christ reste attaché à la croix et c’est de notre responsabilité de le détacher de la croix pour que le monde réussisse selon le projet du Père.

3) Une dernière remarque, si le fruit reste sur la vigne, ça n’a aucun intérêt…

Les raisins se dessèchent, ou bien ils pourrissent. Une grappe, c’est fait pour être coupé et pour devenir du bon vin, ce vin des noces que le Christ veut célébrer. Le raisin est fait pour devenir une offrande.

Le Christ vient en ce monde pour la gloire de son Père et il nous dit : « Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruits ». Aujourd’hui, la plupart des vignerons de France sont dans la peine, car leurs vignes ne portent pas de fruits. La vigne du Seigneur, elle se doit de porter de beaux fruits, pour la gloire du Père, c’est-à-dire pour sa joie ; Nous avons à faire la joie du Père.