“le ciel s’ouvrit”

Baptême du Seigneur – St Romain – 9 janvier 2022

1) Une proposition subordonnée : « Après avoir été baptisé »

Subordonnée, secondaire, parce que Jésus n’a pas été baptisé… comme nous le sommes. C’est un pseudo-baptême, un préalable à sa mission. Un baptême de conversion, qui signifie que le Christ accepte de plonger dans la tragédie de notre monde, coupé de Dieu par le péché, avec toutes les conséquences que cela apporte : violences, souffrances, morts… « Il s’est fait péché » ira jusqu’à affirmer St Paul. Solidaire de cette humanité en attente. Dans ce monde de violence signifié par l’arrestation de Jean-Baptiste.

Oui, Jésus n’est pas baptisé comme nous, nous le sommes, car il n’est aucunement marqué par le péché. Il est parfaitement homme, à l’exception du péché, car le péché n’est pas humain, parce qu’il défigure l’homme. Et empêche l’Alliance avec Dieu de se réaliser. C’est Jésus qui « comble tout ravin, abaisse toute montagne ».

2) Un proposition principale : « Jésus priait »

C’est là l’essentiel : Jésus est homme, entièrement homme, c’est-à-dire entièrement tourné vers la Source, vers le Père. Puisqu’il est sans péché, il est entièrement don de lui-même, prêt à accueillir, à nouer l’Alliance nouvelle et éternelle. « Je suis venu pour faire non pas ma volonté, mais ta volonté. Non pas ce que je veux mais ce que toi tu veux ». « Que ta volonté soit faite », la prière par excellence…

Et c’est « pour nous les hommes et pour notre salut » qu’il est tourné, comme homme, vers le Père puisque, entièrement semblable à nous, il va initier ce mouvement en chacun. Il plonge dans ce monde abimé, fragilisé pour nous tirer vers le Père, si, bien sûr, nous acceptons la main qu’il nous tend. Et cette acceptation, c’est, justement le baptême chrétien, celui que nous recevons. C’est bien par Jésus  que « la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes ».

3) La conséquence : « le ciel s’ouvrit »

Et l’Esprit, comme une colombe (signe de l’Alliance avec Noé) descend sur Jésus. Cela veut dire qu’avec le Christ, le Ciel s’ouvre, la grâce, par le Christ, à travers lui, peut venir féconder l’humanité, la rétablir dans une création renouvelée. Jésus est venu parmi nous pour frayer le chemin à la grâce, afin que l’Alliance définitive puisse se réaliser : « par lui, avec lui et en lui »… Il se donne à nous afin de faire de nous « un peuple ardent à faire le bien », à son image, à sa suite. Et conduire toute l’humanité vers sa Source.

Le baptême – notre baptême chrétien – et non ce pseudo-baptême de Jésus, nous incorpore au Christ, nous permet, à notre tour, de nous tourner vers le Père, d’accueillir l’Esprit-Saint, de nous associer à ces noces du royaume. En ce début d’année, nous sommes invités à accepter cette proposition d’alliance. Parce que nous avons été créés, non pour le péché qui rend le projet de Dieu sans effet, mais pour faire avec Jésus, le Fils par excellence, la joie du Père.