“Marchez sous la conduite de l’Esprit”

Pentecôte 2021 – Saint-Romain

1) La Pentecôte, ce n’est pas la descente de l’Esprit

Parce que l’Esprit est partout, depuis même la création, cet esprit « qui planait sur les eaux ». Et cet Esprit, qui nous est donné pour continuer la mission du Christ, Jésus nous le donne le soir même de sa résurrection : « Recevez l’Esprit-Saint » leur dit-il… Alors, à la Pentecôte, que se passe-t-il ? Ce n’est pas l’Esprit qui descend, mais c’est le cœur des apôtres qui s’ouvre à sa présence.

C’est pourquoi, même si l’Eglise insiste sur cette fête, la pentecôte, c’est tous les jours. Bien sûr, plus spécialement au baptême, à la confirmation mais aussi à chaque sacrement, et tout spécialement à chaque messe où nous sommes remplis de l’Esprit-Saint. Bref, à chaque fois que nous acceptons d’ouvrir notre cœur à la présence, ce baiser du Père nous est donné, par la bouche, la Parole qu’est le Christ.

2) A la Pentecôte, les disciples ne deviennent pas polyglottes…

« Ils se mirent à parler en d’autres langues » : c’est une image. La réalité, c’est que chacun entend, dans son propre dialecte, dans sa langue maternelle, c’est là-dessus qu’insiste les Actes. A la Pentecôte, le mystère de Dieu doit être dévoilé à toutes les nations.

C’est essentiel pour aujourd’hui : si nous ne voulons pas que l’Eglise se transforme en secte, repliée sur elle-même, avec ses rites, son langage, nous avons à laisser à l’inventivité, à l’audace de l’Esprit le soin de nous envahir, nous modeler. D’autant plus essentiel que la révolution culturelle à l’œuvre aujourd’hui risque de plus en plus d’éloigner nos contemporains du message de l’Evangile. Comment peut-on, dans un langage compréhensible, parler aujourd’hui « des merveilles de Dieu » ? C’est toute la question.

3) Enfin, la Pentecôte, c’est une dépossession, une démission

Les disciples « sont remplis d’Esprit-saint » ; ils se font capacité, accueil. Et Saint Paul insiste : « marchez sous la conduite de l’Esprit… laissez vous conduire par l’Esprit ». Bien sûr, les apôtres sortent de leur torpeur, bien sûr ils deviennent actifs mis la source c’est Dieu agissant par l’Esprit.

Aujourd’hui, on est bardé de convictions, de plans pastoraux, de projets mirifiques, etc… Et on demande à Dieu de nous aider, de nous donner un coup de main. La Pentecôte c’est l’inverse : Seigneur quel est ton projet sur moi, sur notre communauté et c’est à nous de t’aider à accomplir ce projet. Renversement des perspectives. Essentiel ici à Sèvres avec la fin du confinement, l’arrivée d’un nouveau curé. Non pas ce que nous voulons, Seigneur, mais ce que toi, tu veux…