Notre Dieu est “Trinité”

Sainte Trinité ‘B’ – St Romain – 30 mai 2021

Pourquoi cette fête de la Ste Trinité ? Peut-être, à la fin du temps pascal, mieux préciser le visage de notre Dieu.

1) Quelle est, spontanément, notre image de celui qu’on nomme ‘Dieu’ ?

« Certains eurent des doutes », précise l’évangile. C’est heureux : nous ne sommes pas croyants, mais chercheurs de Dieu. Ps 62,2 qu’on récite au bréviaire le dimanche matin : « Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube… ». Vous savez que les juifs ne nomment pas Dieu, mais disent ‘le Seigneur’. Et nous : quelle désinvolture parfois… !

Dieu, qui est le Tout-autre. Quelle image en avons-nous ? ‘Qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu’ : un Dieu tout-puissant, censé réglé nos problèmes, répondre à toutes nos questions… ? ‘Dieu’ c’est un peu comme le mot ‘Amour’ : un nom fourre-tout : le Dieu des Armées, Jupiter, un Dieu qui écrase l’homme, celui devant lequel Nietzsche, Camus, Sartre se sont révoltés. Alors, comment nommer ‘Dieu’ ? Vous vous rappelez le livre de Christian Bobin, paru en 1992 : ‘Le Très-Bas’ ? Est-ce l(‘image de Dieu que nous avons : Le ‘Très-Bas’ ?

2) Qu’est-ce que ça change, le fait qu’on appelle notre Dieu ‘Trinité’ ?

Une phrase aide à comprendre : Ct 1,2 : « Qu’il m’embrasse du baiser de sa bouche ». Le sujet c’est la source, la bouche c’est la Parole, le Verbe faut chair, le Christ et le baiser c’est l’effleurement du St Esprit, ce don mutuel entre la source et le Fils, et qui vient jusqu’à nous. Dieu nous rejoint par l’effleurement de son Esprit ; c’est le cas pour chaque sacrement. Rappelez-vous Elie à l’Horeb : « après le feu, le murmure d’une brise légère » (1 R 19, 12).

La phrase du Cantique, elle est, bien sûr, de l’ordre de l’alliance, de la nuptialité. « Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation ? » dit Moïse au peuple… Dieu n’est nullement un bloc monolithique mais un tremblement interne d’amour et de don mutuel, qui rejaillit dans une proposition d’alliance.

3) Et, finalement, quel est le véritable visage de notre Dieu ?

Rappelons-nous la phrase en St Jean : « Celui qui m’a vu a vu le Père » (14,9). Lorsqu’on récite le credo en latin, on s’incline au ‘et homo factus est’…. avec un petit temps de silence. Dommage qu’on ne le fasse plus ! Celui qu’on nomme si maladroitement ‘Dieu’ est le Tout-Autre, l’inconnaissable, mais il s’est fait entre-apercevoir dans le visage adorable de celui qui s’est dit le Fils.

« Et moi je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » : présence de Dieu dans cet accompagnement si discret. Le baiser de l’Esprit-Saint. « Un Esprit qui fait de nous des fils » précise St Paul. Le fait que Dieu soit Trinité ouvre dans son cœur un espace, espace où nous sommes appelés à entrer, pour devenir cette multitude de fils unis dans le Fils Unique.