Pâques : une fête toujours renouvelée

   Pâques 2019

 

1) Notre société, si fragilisée, est, en réalité, en recherche de sens

J’avais été frappé par tous ces français partant faire le djihad : en fait une jeunesse en quête d’absolu. De même, tous ceux que l’on déracine  de leur histoire, de leur géographie et de leur culture, avec comme seules perspectives le pouvoir d’achat et la croissance : ils sont, en réalité,  à la recherche de sens. Les grands tumultes sociaux, avec leur violence croissante, ne sont que la conséquence d’une politique réduite à l’administration des choses. Avec le risque d’un ensauvagement du monde et d’une violence accrue, du fait de la disparition de la notion de bien commun, au profit d’un individualisme exacerbé.

Un moment, les vagues d’attentats nous ont sidérés ; mais la crise sociale actuelle nous montre bien qu’il s’agit de la question du sens, autrement dit d’une ‘demeure commune’ que notre société libérale, mondialiste et multiculturelle refuse obstinément. C’est bien pourquoi les peurs, les anxiétés, les angoisses grandissent chez nos contemporains : car l’Occident a précisément choisi d’évacuer la quête de sens et l’a remplacée par une proposition de distraction permanente… C’est cette société que l’on appelle ‘liquide’ où les idéaux sont remplacés par le taux de croissance et le pouvoir d’achat. Le smart-phone a remplacé la prière, les achats dans l’hypermarché ont pris la place de la messe dominicale. Reste quand même une attente : on l’a vue avec l’incendie de Notre-Dame, cette demeure de la France.

 

2) Devant cette attente, il y a la résurrection du Seigneur, que nous célébrons.

Hannah Arends, la grande philosophe allemande, nommait  ‘désolation’ ce déracinement et cet esseulement de l’homme de la post modernité. Or, la Pâque du Seigneur nous propose de nous associer à la joie de Dieu. Dans son livre ‘Situation de la France’ paru fin 2015, Pierre Manent lançait un appel aux catholiques, leur rappelant leur ‘responsabilité particulière pour le bien commun’. Parce que notre société a relégué la foi dans le domaine privé, intime.

Or, la foi est l’une des sources merveilleuse  de sens. Bien plus, notre foi chrétienne ! Rappelons-nous ce qu’écrivait Benoît XVI dans sa 1re encyclique ‘Dieu est Amour’ : ‘A l’origine du fait d’être chrétien il n’y a pas une décision (morale) ou une grande idée, mais la rencontre avec un évènement, une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon’. Cette rencontre avec la personne de Jésus-Christ répond pleinement à la triple requête de nos contemporains : la recherche de sens, d’appartenance et de reconnaissance. En effet, avec le Christ, la vie prend une direction, nous appartenons à un Corps, l’Eglise, et nous sommes reconnus dans notre liberté d’être créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Le Christ ressuscité est notre vraie demeure, solide, définitive.

 

3) Cette fête de Pâques 2019 est donc d’une étonnante actualité

Elle n’a cessé de l’être depuis 2000 ans, car la nouveauté du Christ est toujours nouvelle. Mais aujourd’hui, elle nous lance un appel fort. Jean-Pierre Denis, le directeur de La Vie, le soulignait récemment dans un entretien : ‘Par-dessus les flots de cette société liquide, nous pouvons jeter ce pont qui s’appelle l’Espérance’. Car notre Dieu est le Dieu des Vivants et non pas des morts et, dans cette société mortifère, nous avons à en être les témoins audacieux. L’Espérance, comme cette veillée de prière place St Michel, pendant que la cathédrale brûlait, l’Espérance comme cette croix lumineuse jaillissant des décombres de la nef.

Ce nouvel horizon dont parlait Benoît XVI, il le précisait en écrivant : ‘L’amour n’est plus seulement un commandement mais il est la réponse au don de l’amour par lequel Dieu vient à notre rencontre’. Cette réponse, nous avons à la faire nôtre, pour répondre aux attentes de nos contemporains : retrouver cette demeure commune en poursuivant notre mission de co-créateurs. Bref, une invitation pressante à devenir cet espace de lumière et d’amour où chacun, à travers nous, se sentira accueilli, respecté et aimé.