Pentecôte : comment l’Esprit-Saint intervient dans nos vies

 Pentecôte 2019

 

1) 3 appels dans cet évangile : un appel à aimer le Christ

« Si vous m’aimez… si quelqu’un m’aime ». En écho à « Pierre, m’aimes-tu ? » Nous ne sommes pas des croyants, pas des pratiquants, mais appelés à être des amoureux du Christ ! On ne demande pas ça aux juifs, encore moins aux musulmans… Très curieux : être des amoureux de Dieu ou, plutôt, répondre à son désir d’être aimé. D’où une fragilité certaine de notre Dieu, comme suspendu à notre réponse d’amour, parce qu’un être de désir est un être fragile.

Quel rôle de l’Esprit-Saint, si ce n’est de nous rappeler ce désir qu’a notre Dieu d’être aimé. « Il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit »… sauf que l’Esprit-saint est ce Dieu discret, ce « murmure d’une brise légère » (1 R 19,12) entendu à l’Horeb par Elie. D’où une invitation pressante à faire silence pour entendre ce murmure de Dieu, qui dira à notre oreille : « M’aimes-tu vraiment ».

 

2) 2ème appel : appel à devenir la demeure de Dieu

Aimer le Christ c’est, finalement, accepter d’entrer dans son intimité, dans l’intimité de la Ste Trinité. C’est ajouter, en étant ‘christifié’, notre humble ‘oui’ au grand OUI du Seigneur. Et, en cela, répondre pleinement au projet du Père qui est de tout réunir, tout réconcilier en son Fils, de faire de tout le cosmos, en commençant par l’homme, une vivante offrande à sa gloire.

Quel rôle de l’Esprit-saint, si ce n’est de nous permettre de devenir fils, de crier « Abba ! Père ». comme Jésus. L’Esprit-Saint, c’est Dieu qui se donne, pour que, avec Jésus, nous nous donnions au Père. L’Esprit, c’est celui qui nous adapte à Dieu écrivait St Irénée…Rappelez-vous la prière de Ste Elisabeth de la Trinité : ‘Esprit d’Amour, survenez en moi […] que je sois pour le Verbe une humanité de surcroit en laquelle il renouvelle tout son mystère qui est de glorifier le Père’.

 

3) et le 3ème appel, c’est de parler la langue de nos contemporains

L’essentiel de la Pentecôte, ce n’est pas que les apôtres parlent en différentes langues, mais qu’ils soient compris de leurs auditeurs. « Chacun de nous les entend dans son propre dialecte, sa langue maternelle… tous nous les entendons parler dans nos langues ».

Quel rôle de l’Esprit-saint, si ce n’est de nous permettre d’être compréhensible. Déjà, Dietrich Bonhoeffer, ce pasteur allemand exécuté par les nazis en 1945 le soulignait avec angoisse : abandonner le jargon de l’Eglise pour se faire au moins entendre. Le langage de la tribu Eglise devient incompréhensible : ‘rédemption, salut, eucharistie…’ L’Esprit doit donner chair à tout cela. C’est Paul VI qui disait : ‘Notre monde a plus besoin de témoins que de maîtres’. L’Esprit nous aide à devenir des amoureux de Dieu et ce message de l’amour, lui, peut être écouté et compris. Que l’Esprit nous aide à témoigner aujourd’hui des « merveilles de Dieu ».