Prier

17ème dimanche temps ordinaire ‘C’  – St Romain / NDB –  28.07.2019

1) « Apprends-nous à prier » : prier, ça s’apprend !

Prier, c’est un combat permanent. ‘Je n’arrive pas à prier’ : bien sûr ! Prier, c’est un combat difficile. Parce qu’il faut un acte de volonté, parce que c’est gratuit, peu gratifiant, parce que faire silence nous effraie… et que le démon fait tout pour nous détourner de la prière. Et puis il y a le monde : Bernanos (La France contre les robots, 1946) : ‘On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure’…

« Apprends-nous à prier » : cette demande s’adresse au Christ. Car encore faut-il avoir une prière chrétienne. C’est-à-dire une prière filiale, toute de confiance et d’abandon : « Notre Père »… mais aussi une prière, non pas individuelle, mais vraiment catholique, universelle, pour le monde : « Notre Père ». Il ne s’agit pas de faire de la méditation, plus ou moins orientale, mais élargir la prière du Christ, dans le temps et l’espace.

 

2) « Apprends-nous à prier », mais… pourquoi prier ?

La prière, c’est le cordon ombilical qui nous relie à la vie d Dieu, et notre mission c’est de faire vivre Dieu, ici, sur notre terre. C’est notre ‘boulot’, depuis que le baptême nous a configurés au Christ. « Dieu nous a donné la vie avec le Christ » écrit St Paul et cette vie, nous avons à la répandre autour de nous. On ne prie pas pour son petit bonheur spirituel personnel, mais pour donner Dieu au monde. Laisser passer Dieu…

Il ne s’agit donc pas d’émotions spirituelles. Prier, ce n’est pas changer Dieu, mais Le laisser nous changer, pour que l’on s’accorde à Lui. Entrer dans ce long dialogue, comme Abraham. C’est une lente transformation, sous le regard de Dieu, pour Lui laisser nous dire : ‘Je suis avec toi’. Vous savez l’histoire de ce vieux moine, qui priait uniquement le Notre-Père. On lui dit : ça doit être un peu fastidieux. Oh, je n’en suis qu’à : ‘Notre Père’…

 

3) « Le Père du Ciel donnera l’Esprit-Saint » : quel lien avec la prière ?

C’est l’Esprit-Saint, qui est Dieu qui se donne, qui nous configure au Christ. C’est l’Esprit que nous recevons au baptême, à l’eucharistie, où l’on est ‘rempli de l’Esprit-saint’. C’est lui qui nous ajuste à Dieu, qui nous permet de percevoir le projet d’amour qu’Il a sur chacun de nous. Bref, le plus beau des cadeaux. Dans notre prière, ne demandons pas telle ou telle chose, mais demandons beaucoup plus : Dieu lui-même et le projet de bonheur qu’Il a sur nous.

A la messe nous disons, comme introduction au Notre-Père : ‘Unis dans le même Esprit, redisons avec confiance…’. C’est parce que l’Esprit nous permet d’ajouter à la louange du Christ. Car il nous faut dès ici-bas, devenir une ‘vivante louange à la gloire du Père’. Le psaume du jour ne dit-il pas : « De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce ». C’est pourquoi nous devons demander à Jésus, lui qui n’a été qu’action de grâce, de nous apprendre à prier, pour entrer dans cette grande louange qui prendra toute sa dimension au Ciel.