Que nous dit ce début d’évangile de son auteur, St Luc ?

Homélie du père Rabel sur l’Evangile de saint Luc ( 1,1-4 ; 4, 14-21)    3ème dimanche du temps ordinaire ‘C’  – NDB / St Romain –  27 janvier 2019

1)  D’abord une décision

Début de l’évangile. « C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi ». Un homme qui, il y a 2000 ans, prend une décision, dit « je ». Une décision qui manifeste sa liberté, et qui n’est pas prise à la légère : elle part d’évènements, elle va reposer sur des témoignages. Et ce qu’il souhaite, à travers cela, c’est construire « un exposé suivi ». Et, bien entendu, pour qu’à la suite du Christ, l’Evangile soit proclamé : « Aujourd’hui, s’accomplit ce passage de l’Ecriture… ».

En ce début d’année, nous avons peut être pris ‘de bonnes résolutions’ ? Mais quels sont les évènements à prendre en compte ? Et qu’avons-nous écouté des uns et des autres. Est-ce que nous ne sommes pas trop souvent ‘hors-sol’, c’est-à-dire déconnectés de la réalité de notre société. Parce que nous vivons dans une société marquée – ô combien – par des évènements, et qui n’ont pas peu d’importance. Ne faut-il pas alors prendre une décision ? Comme St Luc, composer « un exposé suivi » c’est-à-dire décrypter tout ce qui se passe aujourd’hui et cela, bien entendu, à la lumière du Christ ? Sinon, nous risquons de rester dans notre petit monde, bien tranquille…

 

2) Ensuite un travail

« J’ai décidé d’écrire pour toi ». Cela, « après avoir recueilli avec précision des informations ». Disciple de St Paul, s’inspirant de l’Evangile de St Marc, Luc a fait tout un travail. Parce qu’il écrit pour des communautés bien spécifiques et que son œuvre va inclure également la vie des 1res communautés, avec les Actes des Apôtres.

Pour nous, 2000 ans après, il y a tout ce travail à accomplir, à la suite de celui de Luc : parce que les évènements sont différents, les témoignages, c’est-à-dire toute la tradition de l’Eglise, sont essentiels. Je pense en particulier à toute la richesse de la Doctrine Sociale. Aux Corinthiens (2 Co 3,3) St Paul écrivait : « De toute évidence, vous êtes cette lettre du Christ ». C’est donc par nous qu’aujourd’hui doit s’accomplir l’Ecriture ! Notre travail, c’est de décrypter les évènements de ces derniers mois et d’apporter dans le débat en cours la sagesse de l’Eglise. Une proposition a été faire la semaine dernière dans le Trait d’Union : y avons-nous réfléchi ?

3) Enfin, un objectif

Luc n’est pas « témoin oculaire », mais il est « serviteur de la Parole ». A une époque donnée, pour une communauté chrétienne donnée. Il va s’adresser à quelqu’un, Théophile, c’est-à-dire ‘Qui aime Dieu’. Lui, l’évangéliste de l’Esprit-Saint, va être vraiment, comme l’écrit St Paul, cette « lettre du Christ écrite avec l’Esprit du Dieu vivant ».

2000 ans après, à qui nous adressons-nous ? A des personnes qui aiment Dieu ? Bien plutôt à des personnes qui, bien maladroitement peut-être, sont à la recherche de sens, finalement à la recherche de Dieu… Peut-être moins indifférentes que désorientées. Alors, nous avons une magnifique responsabilité : à cette crise spirituelle que nous vivons, où la défiance est 1re,  nous avons à répondre par une foi active, éclairée par la Parole, la Tradition et les évènements. Dans sa dernière Lettre aux diocésains, Mgr Rougé écrit : ‘Par notre annonce de l’Evangile, nous sommes appelés à délivrer nos contemporains de cette blessure que constitue une vie sans cap ni signification’ : nous avons, plus que jamais, à être cet Evangile vivant, pour nos contemporains si désorientés.