Qui est vraiment Marthe ?

16ème dimanche du temps ordinaire ‘C’  – St Romain / ND des B – 21 juillet 2019

1) Tout d’abord, prendre la défense de Marthe !

En effet : trop facile ! Jésus et Marie seront bien contents d’avoir un bon repas préparé par Marthe… J’ai toujours trouvé ce passage assez révoltant pour les maîtresses de maison. Surtout celles dont on dit : ‘Elles ne travaillent pas’… Cela ne veut pas dire que Marthe n’avait aucune préoccupation spirituelle ; d’ailleurs, c’est elle qui, lors de la résurrection de son frère Lazare, dira : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu » (Jn 11, 27).

Rappelons-nous que le Seigneur est venu pour servir ; donc il est bon de se mettre au service, même un service humble et répétitif comme faire le repas. C’est d’ailleurs ce que fait Abraham… sauf que, -on le voit – avec ces 3 hommes, le service n’est pas une fin en soi. Il est là pour honorer ces hommes mystérieux, qui ne sont autres que le Seigneur.

2) Marthe doit être réhabilitée… cependant, il y a un temps pour chaque chose.

Rappelons nous Quohélet : « Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel » (3, 1). C’est vrai que, dans le cas de l’hospitalité de Marthe, elle « reçoit » Jésus mais semble s’en désintéresser…  Elle est tellement occupée par le service !

Ce que veut dire St Luc dans ce passage, c’est que le temps de prière, de contemplation, d’oraison – ce que fait Marie – n’est jamais évident à placer dans une journée, une semaine. Prier n’est pas facile, c’est un combat permanent. Ce n’est jamais gagné… mais qu’il y a possibilité de progression, comme le montrera Marthe lors de la résurrection de Lazare. Ce qu’on peut regretter, finalement, chez Marthe, c’est qu’elle n’ait pas saisi l’occasion de ce passage de Dieu dans sa vie…

3) Finalement, ce qu’on peut reprocher à Marthe, c’est d’être « accaparée ».

« Elle était accaparée par les multiples occupations du service ». Au risque de ne plus voir le Christ présent, de faire du service une fin en soi. « Tu t’agites pour bien des choses » : reproche affectueux du Christ pour lui rappeler qu’il y a une hiérarchie. St Paul reprochera aux habitants de Salonique d’être « affairés sans rien faire » (2 Th 3,11). A la limite, dans le cas de Marthe, c’est se mettre en valeur, se centrer sur soi, de se comparer à sa sœur.

Il y a donc une hiérarchie : aimer son prochain, oui, mais l’objectif est à travers cette attention, cet amour, c’est d’aimer le Seigneur, 1er commandement. Répondre à son amour, devenir cet espace d’accueil pour réaliser l’alliance et devenir transparent de cet amour divin. C’est-à-dire « révéler ce mystère caché », comme le rappelle la 2nde lecture.  Le service est là pour, justement, nous décentrer de nous-mêmes, et nous centrer sur « la meilleure part » qui est l’accueil de Dieu, afin de Le rayonner. N’est-ce pas un bon évangile pour l’été : on peut passer son temps à être ‘affairé’… ou bien en profiter pour laisser Dieu passer en nous.