Regardons l’humilité de Dieu

Rameaux 2021

1) Trois attitudes, trois mouvements de descente : Jésus « ne retint pas jalousement »

Parce qu’aucune des personnes divines n’est tournée vers elle-même, parce qu’en Dieu il n’y a que dépouillement, pauvreté, humilité. Dieu est Dieu parce qu’il n’a rien. En cela, en ne retenant rien, Jésus est vraiment Dieu

Comme le dit un nouveau cantique : regardons l’humilité de Dieu, il faut la contempler. « Chaque matin il éveille mon oreille » dit Jérémie : réaliser que notre Dieu est un Dieu pauvre… En cette semaine sainte : qui est notre Dieu ?

=> c’est le mystère de la Sainte Trinité qui est ici évoqué

2) « Il s’est anéanti »

Il s’est vidé complètement, dans la logique de la Trinité en laquelle chaque personne se ‘vide’. Pas pour se diluer, comme dans le bouddhisme, mais pour servir.

Et il est « devenu semblable aux hommes », pour nous indiquer le chemin de la véritable humanité, qui est de se donner, de se « vider » dans le service de l’autre. En cette semaine sainte : qui est l’homme ?

=> ici, le texte nous parle du mystère de l’Incarnation

3) « Il s’est abaissé »

Jusqu’à la mort parce qu’il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie. Notre Dieu a pris la dernière place, celle d’un scélérat. Celui qui est Dieu révèle sa propre nature en se faisant péché, en mourant comme un malfaiteur.

Par là même, il rejoint chaque homme, celui dont on se moque, celui qu’on torture, celui qui est seul, raillé, souffrant, mourant… En cette semaine sainte : quelle doit être notre relation à l’autre ?

=> et le texte se termine par le mystère de la Rédemption.