Qui êtes-vous, père Edouard Delafon ?

Les paroissiens de Sèvres sont heureux de vous accueillir et de faire votre connaissance !

Pouvez-vous nous parler de votre famille ?

Ma famille est originaire du Dauphiné, mais je me revendique surtout auvergnat. En effet, mon père a fait toute sa carrière professionnelle comme cadre chez Michelin. J’ai passé ainsi toute mon enfance avec mon frère et ma sœur à Riom au pied de la Chaîne des Puys.

Comment est née votre vocation ?

L’appel du Seigneur à devenir prêtre s’est éveillé progressivement dans mon cœur, alors que je me préparais à ma première communion. Au fil des années, ma vocation s’est déployée, grâce au scoutisme et au service de l’autel. De belles amitiés ont également jalonné mon chemin. Après mon BAC en 1995, je suis entré chez les Frères de Saint-Jean. Je ne cesse de bénir le Seigneur pour ma vocation que je considère à la fois comme un « don »  précieux et un « mystère » qui me dépasse, pour reprendre la belle expression de saint Jean-Paul II.

Quel est votre parcours pastoral ?

Prêtre depuis 2004, j’ai commencé mon ministère en Touraine auprès des jeunes, puis de 2006 à 2013 j’ai été nommé recteur du Sanctuaire de marial de Pellevoisin (diocèse de Bourges). Engagé quelques mois dans la formation initiale des Frères de Saint-Jean, j’ai rejoint comme vicaire, la paroisse Saint-Laurent (diocèse d’Orléans) tout en reprenant des études de théologie morale à la Faculté Notre-Dame à Paris. En 2019 j’ai choisi de rejoindre le clergé diocésain et Mgr Rougé qui m’a accueilli m’a nommé vicaire de la  paroisse de Suresnes.

Qu’est-ce qui vous détend, quels sont vos hobbies ?

J’aime contempler les beaux paysages qui nous invitent à louer notre Créateur, skier en Auvergne, partir en raid-Goum dans les Causses, m’aventurer sur des via ferrata aériennes, chiner aux puces, visiter un beau musée, lire une nouvelle page de l’histoire de France, etc. Je sais apprécier la bonne cuisine, surtout quand elle est partagée dans une ambiance conviviale

avec les paroissiens, mais je sais aussi me contenter d’un plat de coquillettes et d’un verre de vin pour faire la fête !

Comment souhaitez-vous aborder votre nouvelle mission à Sèvres ?

Je souhaite avant tout prendre le temps de vous rencontrer et de découvrir toutes les réalités de la paroisse. Ensemble nous nous mettrons à l’écoute de l’Esprit Saint pour que notre paroisse soit de plus en plus centrée sur le Christ, fraternelle et missionnaire.