Edito

Faut-il supprimer la fête de Noël ?

Question qu’on peut, légitimement se poser, tant cette fête religieuse s’est éloignée de sa signification première. Dans le meilleur des cas, elle est synonyme de retrouvailles familiales ; après tout, dans la grisaille actuelle, ce n’est déjà pas si mal !

Réapprendre à célébrer

Le plus important, ce ne sont pas les bonnes idées ni leur implémentation, mais l’expérience de vie fraternelle qui en découle. L’Eglise en effet, avant d’être une institution est un corps vivant, celui du Christ, un peuple, celui de Dieu. C’est cela « célébrer » : expérimenter ensemble la vie avec le Christ, dans la joie et l’action de grâce.